Mots-clés

, , , ,

La nostalgie tient en un mot, en un regard, en un souvenir. Le pays des ancêtres est loin et mis à part le parfum de la terre aux premières pluies, je ne me sens de loyauté envers nulle terre. En fait, pendant lontemps, ma seule patrie fut le regard de mes parents. Puis, ils vinrent s’installer ici, du coup ma nostalgie de ce bout de terre, de ce ciel à l’azur unique s’estompa. Mon frère repartit vers cette terre qui nous vit grandir. Il m’arrive parfois de faire des aller-retour durant mes rêves. Il m’arrive de vouloir planter quelques graines et espérer voir un arbuste pousser. Il m’arrive de vouloir renouer des liens, mais le coeur n’y est plus. Seul, mon frère demeure.

Lorsque l’on me demande ce que je suis, d’où je viens je sais que ma réponse choquera alors je ne réponds tout simplement qu’avec un sourire. Je ne me sens ni Marocaine, ni Algérienne, ni Canadienne et encore moins citoyenne du Bourg de Liesberg ou de Santiago de Cuba. Je n’ai d’attaches que celles de sang et encore, mon legs génético-culturel est un tel capharnaüm qu’il serait présomptueux d’avantager une de mes origines. Elles sont entrelacées et à jamais inextricables alors à quoi bon me jouer la carte des origines puisque je ne fais que passer comme mes ancêtres. Avec les années, j’ai compris qu’il ne servait à rien d’imaginer ce qui aurait pu être. Dans cette besace qu’est ma tête, je trimballe mon histoire, leurs histoires, la somme de ce que je suis. Je scrute le ciel et me surprends à souhaiter qu’il neige à nouveau.

Mes liens aussi viscéraux soient-ils restent la somme des atomes crochus tout simplement. Mon meilleur ami est à l’autre bout de la planète. Je me réveille, il se couche. Ses petits monstres le réveillent, je dis aux miens d’aller faire un somme. C’est fou ce que lui parler me manque.

So who are you? Where do you come from?

I am a human being of the feminine gender, I am a mother, a companion to my soul mate and a friend, the rest is only on papers and somehow written in my multiple memories. I come from my parents, who came from their parents and so on.

Et pour finir, un lien vers l’article de Mona El Tahawy sur le harcèlement sexuel.

Susheela Raman, The same song