Bon, j’aimerais vous parler des plages, mais je n’ai jamais le temps d’aller m’y baigner. Chaque séjour ici me rapproche un peu plus des Cubains. Que de kilomètres parcourus et puis l’accueil fut absolument incroyable. Voir les écolier brandir des drapeaux et voir aussi le lieu préparé un mois avant la visite, de l’émotion à l’état brut. Discuter avec le vrai monde, il n’y a que cela de vrai. J’ai un faible pour ceux qui travaillent la terre. Et ici, on ne dispose pas d’équipement comme ailleurs et la chaleur y est intense, imaginez-donc une journée dans un champ en plein soleil.  Et se faire dire: « Tu eres la mas linda del dia de hoy. » Ça vous remonte le moral, tout autant que les compliments du groupe pour ce boulot que je considère un réel plaisir.

J’avais demandé si je pouvais avoir le temps de visiter le monument dédié à Ernesto Guevara. Et que ne fut ma surprise lorsque la visite fut inscrite au programme rendant ainsi officielle mon escapade. Un comité nous y attendait et le clou fut quand on me demanda de déposer la couronne de fleurs. Bref, j’en suis encore toute chamboulée. Et ceux qui m’accompagnaient durant ce voyage ont apprécié la pause culturelle et ont appris un peu plus sur l’histoire du pays.

Je reviendrai plus tard. Encore une rencontre officielle et des rapports à rédiger. Quand je pense que le Canada est sous la neige et que je suis ici la fenêtre ouverte et de la piscine me parvient la chanson La mujer del Pelotero. La vie ne pourrait être plus belle. Mais hâte de retrouver les miens et la neige s’il le faut.

Besos