Quand même quelque chose de perdre deux personnalités du cinéma en vingt-quatre heures. Hier disparaissait Michel Serrault, grand comédien. Puis, ce matin le rejoignait Ingmar Bergman.


Source: http://www.cyranos.ch

Du premier, je retiens ce regard impassible mi-moqueur, mi-étonné. De grands moments de rire comme dans La cage aux folles, Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ, Le bon roi Dagobert. Et que dire de ses personnage dans La vieille femme qui marchait dans la mer ou Le bonheur est dans le pré.


Source: http://www.britannica.com

Du second, je retiens le silence et non dit dans Sonate d’Automne, Cris et chuchotements ou encore Scènes de la vie conjugale et mon émerveillement devant Fanny et Alexandre.
Voilà deux grands hommes qui auraient pu travailler ensemble. Qui sait, leurs chemins pourraient se croiser ailleurs.