Bon, après Desperate Housewives, voilà des des nanas, des vraies, La galère! Enfin, elles ressemblent à mon monde avec ses hauts et ses bas. L’idée est de Renée-Claude Brazeau, mais la direction artistique est de ma préférée, Sophie Lorrain. C’est simple, La galère c’est pas une histoire de baise ou encore de banlieusardes oisives. Non, La galère est à l’image de la femme d’ici, oui d’ici, celle d’un petit coin de pays irréductible. Parce que les femmes ici sont différentes et charmantes dans leur force et leur faiblesse. Parce que ce pays façonne une autre trempe de femmes. O que si! Six mois et une femme est transformée! Bye bye, les caprices, bye bye les mondanités. Bien simple, un renouveau, ce pays vous met à nu face à vous-même. Laissez vos manteaux dehors, vos préjugés à la porte, nowhere else could you become one and happy with yourself. Bien entendu, il y a des récalcitrantes, but hey who cares! A part chez nos voisins du Sud and down under. Why? Parce que c’est unique comme cheminement. Parce que nous sommes bien loin de l’image virginale que nous voulons projeter, parce que what the heck life is life and sometimes a bitch but hey she is F&*& beautifully. Parce qu’être femme c’est être vecteur de changement dans nos sociétés. Parce qu’il ne suffit pas d’accommoder nos partenaires, mais aussi nous épanouir sans castrer nos mecs sans pour autant qu’ils nous bouffent la laine sur le dos. Non, mais! Parce que l’hypocrisie nous pèse et que basta la belle vitrine. Celles qui ne sont pas d’accord, veuillez remplir les 26 formulaires et les envoyer au tribunal de Loula:-) ou encore prendre la rue et monter aux barricades, je suis aux abonnées absentes:-). Quant aux mecs, please take a number and join the line et pas de crise:-)! Or call my man! He will give you a step by step kit to learn how to survive as a man:-)
Les pères? Ils sont ailleurs ou encore veulent être ailleurs. Bref, La galère c’est nous les femmes avec nos qualités et défauts. Avec nos contradictions, nos espoirs et nos déceptions. C’est la vie quoi, notre vie, nos vies sans chichi, sans maquillage, sans hypocrisie. Parce que nous sommes capables du meilleur, mais aussi de nous casser la gueule et du pire. Parce que la vie c’est pas une série tv et que cette série est de loin celle qui représente les bonnes femmes comme je suis et celles que je connais. Bein quoi? Nous n’aspirons nullement à être madones. Oh yeah, play me life, play me to the end of my time! Et sur ce, beaux rêves vu que je dois me lever à 6am et déposer le petiot pour sa pratique de musique. Et devinez qui me réveille et à l’autre bout du continent (parce qu’il ne peut supporter le décalage horaire):-) ok, pas de zalouses, mais mon Homme il est unique! Nah!