Mais avant, avant allez du côté de Supertimba écouter Vigon

Quant il faut passer à table, il faut bien y passer comme dirait l’Autre.

NajNaj, I miss talking to you. Sanaa, mwah à toi aussi.

Le Mythe franc comme à son habitude:-):

Hélas ma question, tu te l’es posé..donc je vais tenter de t’aider pour répondre.
Pourquoi avoir dit « oui » au tribunal:
est ce parce que tu avais besoin de te confier?
ou pourqu’on puisse te connaitre au mieux?
ou juste par conformisme au jeu…

Cher Mythe,
Pourquoi avoir dit oui? Je n’ai jamais aimé les questions, je suis plutôt du genre farouche à tout ce qui pourrait de près ou de loin être une sorte d’ingérence dans l’intimité du monde. Pour répondre à ta question, ce serait plus une sorte d’exercice pour voir jusqu’à quel point je pouvais me conformer au jeu, moi qui suis anticonformiste jusqu’à la moelle.

Mohamed quant à lui me pose la question suivante:

Partir est certainement une grande décision bien pensée , alors pourquoi tu es partie vivre ailleurs?

Je ne suis pas partie, disons que ma mère craintive de devoir me porter des oranges dans un endroit peu éclairé ou encore de faire la file pour me chercher a jugé bon m’envoyer ailleurs. Par deux fois, j’ai décidé de rester et par deux fois elle a jugé bon de me renvoyer au loin:-). Puis, la vie a suivi son petit train train et j’ai épousé mon compagnon de voyage et les enfants sont nés et j’ai jugé bon de rester ici pour eux (ma décision, cette fois:-)).

Dima, lui s’amuse à remuer le couteau dans la plaie:-)

Dima, mes vingt ans furent magnifiques. Certes, il y a eu du grabuge à éviter, des situations cocasses, des êtres infréquentables sous d’autres cieux, beaucoup de rêves, bien des idéaux qui ont pris le bord, des amours aussi éphémères que les perséides, des petits soleils, des . Apprendre à apprécier le labeur, à s’assumer et à ne compter que sur moi. Mes vingt ans furent absolument superbes, car avec le recul il me faut bien avouer que mes vingt ans ont façonné ce que je suis devenue avec le temps, comme l’ont fait mes trente ans et maintenant mes quarante:-)

Zalamoka y va avec la question:-):

Who do you love?

My dear friend, I love everybody. Some more than others, of course. I love those who bring sunshine on a rainy day, those who put a smile even under stress. I love those who love life. I must admit that I am now more enclined to love happy people.
Most of all, I love my children, my man, my mom, my brother and my friends. No love is the same.

Superfly toujours aussi surprenant:-):
Je suis saoul façon Slash en 1988, le DJ joue « Dream On », je m’approche de toi et je te dis: « Hic, Bonsoir, Je m’appelle X, hic, m’accordez vous l’honneur d’une dance, hic oops, charmante dame?
Ma question est donc « quelle est la réaction de celle, celui ou ceux qui t’accompagnent?
Quel est ton film prefere avec Steve McQUEEN?

Are you kidding! Mais, je danserai avec toi en ignorant ce que diraient celui/celle ou encore ceux qui m’accompagnent. Man, cette chanson est si belle que quiconque aimerait danser dessus ne peut être qu’une personne sensible quel que soit son état:-)
The Cincinnati Kid est de loin celui que je préfère avec Steve McQueen, car la vie est parfois tel un jeu de cartes suffit de commettre un impair pour que tout s’écroule et surtout au moment où tout va pour le mieux.

Larbi esprit espiègle me demande:

Q1- Loula, quel métier aurait tu aimé faire ? et pourquoi ?
Q2- Quelle est la faute qui t’inspire plus d’indulgence ? Et la faute que tu pardonnes jamais ?
Q3- Qu’aimes-tu que Dieu te dise lorsque tu serais face à lui ?
Q4- C’est toi qui a inventé le joli mot mwah. Pourquoi à ton avis ce mot enerve certains amis mal-comprenants?🙂

R1- Chaque matin, j’ai hâte d’aller travailler, donc je dois aimer ce que je fais. Si c’était encore possible, faire de la scénarisation. J’adore me mettre dans la peau d’autrui par moments.
R2- Je suis de nature indulgente donc je passe l’éponge sur pas mal tout. Sauf, eh oui il y a le fameux sauf. Donc, sauf quand on se montre trop familier alors que je suis de nature très réservée et qu’on dépasse les bornes en étant grossier et aux propos déplacés. En fait, je suis intransigeante quand on dépasse les lignes rouges. Mea culpa:-)
R3- Oupalay, Larbi:-) Ah te voilà toi! Alors, on a eu réponse à sa question?
R4- Tu sais, Larbi, j’ai déjà assez de mal avec le monde réel alors si je devais commencer à décortiquer ce que certains pensent:-) Il faut de tout pour faire un monde. Moi, je tiens à mon mwah, tout simplement:-) La tendresse est définitivement le dernier tabou.

Ayoub en forme:-):

-Contre vents et marées : Lesquelles ?
-A un moment, tu as mis Loula à nu .. que caches tu ? que nous bloggeurs ne savons pas
-Imta jaya l Barise ?
-Quand est ce que tu nous montreras la Loula, khoroto 100% ?

Ayoub, tu n’es pas sans ignorer que les vents soufflent quand le jet stream s’y met.
Je ne cache rien, il y a un peu, mais très peu de moi sur ce blog. Je suis un être ordinaire, mais génial kamême hehehe:-)
Juste pour te faire plaisir, je poste la caricature dessinée à San Diego. Plus khoroto que cela tu meurs:-)
Barize, iwa pour sur en 2009 si je suis encore de ce monde, sinon avant. Pourquoi, tu veux que je vienne faire un tour bientôt?:-)

Bluesman notre mélomane, mais aussi coeur pur me demande:
حكايتك مع الجراتل
رايك في بلاك سبات وديب بوربل
علاقتك بالموسيقى الكلاسيكية والشرقية
من خلال كتاباتك استنتجت انك كنت نشيطة ايام الدراسة في المغرب
ماذا تبقى من احلام ايام الثورة

Bluesman, un mois de ramadan, jardate mardoukh, un air et paf je suis envoûtée, carrément ensorcelée par le rythme, la voix, la flute, le baroque et le rock. Puis, mon premier amoureux et nos après-midi à refaire le monde en écoutant Jethro Tull.
Deep Purple, ma complicité avec mon frère, nos soirées avec nos amis, nos histoires, nos conciliabules.
Black Sabbath, pas du tout mon genre.
J’ai un faible pour Bach, Beethoven, Mozart, Hayden, Verdi, Brahms, Tchaïkovski, Ravel, Debussy, Prokofiev.. je peux écouter pendant des heures Yehudi Menuhin jouer Mozart, Beethoven ou Glenn Gould jouer Bach. Mon père était un féru de musique classique, j’écoute souvent ses CD.
Un faible pour Wadi Safi et Sabah Fakhri, Marcel Khalife, les frères Rahbani. J’ai détruit les 33 tours de Oum Kalthoum un jour, je devais avoir 10 ans, par dépit de voir tout un peuple collé à la radio ou les yeux rivés vers l’écran. Puis, j’ai redécouvert la diva plus tard, j’avais grandi j’étais devenue moins rebelle.
Mais je dois avouer que je préfère le malouf et le mal7oun, cela me parle plus et me touche plus.
Je dois reconnaître que j’ai été chanceuse d’être bien entourée, d’avoir eu des profs hors du commun. Ce qu’il en reste? Un sens de la rectitude, ces années charnières je ne saurai être capable de les balayer. Si certains idéaux n’ont point abouti, ont été avortés, il me suffit de penser aux miens, à mes amis, à ceux meurtris pour être encore plus convaincue que nul ne peut nous déposséder des rêves sinon nous-mêmes.

Larbi, je suis ici:-) juste fatiguée. Revenue il y a 36 heures et je repars dans moins de 40 heures bûcher à Cuba. Ah, voir La Habana vieja, danser tout en écoutant du Son et aller à Santa Clara sur la tombe du Che. Mais, qu’est-ce que j’ai hâte de revenir auprès de mes enfants, retrouver un brin de routine, faire marcher Jazz et juste rester en pyjama toute la fin de semaine.
Désolée pour le retard, je suis submergée de boulot, les inconvénients des déplacements..
Mwah

,