Fi Khater Larbi:-)

Il est des poètes troubadours qui vous marquent. Le mien (oui, je me l’approprie comme la fan que je suis) est Leonard Cohen. Personne ne me touche comme il le fait. Pour la profondeur derrière ce qui semble très simple. Pour sa voix qui embellit avec les années. Pour avoir meublé mes journées alors que j’étais une lycéenne à Casablanca et avoir illuminé mes nuits lors de mes promenades d’insomniaque dans les rues de Montréal. Et avoir allégé de ses mots cette étrange solitude qu’il nous est parfois impossible à définir. Bref, je carbure à Leonard là où je suis. Etrangère partout et nulle part, il m’accompagne.

The Stranger

Dance Me To The End Of Love

In My Secret Life