Il est des fois où les mots deviennent si superficiels qu’il est plus opportun de se taire et d’envoyer des pensées positives. J’allais commencer ce billet en hommage à mon amie tunisienne. Avec elle, on rit à longueur de journée. Tout devient matière à dissection sympa, une fille en or. Et au moment où j’allais m’y mettre elle apparaît sur mon écran en me disant: mauvaise nouvelle! La petite a encore le cancer!
La petite c’est une jeune fille qui depuis un an sait qu’elle a le cancer. C’est la course au traitement, c’est réapprendre à dealer avec la maladie, la dompter psychologiquement, se dire qu’elle va peut-être mourir à 19 ans. C’est une famille qui doit aussi composer avec le cancer et entourer leur fille. C’est un père adorable qui est dans tous ses états car il est à 1000kms de sa fille et qui prend la route pour être à ses côtés, c’est une mère qui va devoir s’armer de courage et de patience et surtout entourer sa fille d’amour et de d’encouragements, c’est une belle-mère copine qui s’en fait beaucoup, c’est une petite soeur qui pleure car son héroïne est encore malade. Bref, j’ai pas les mots parce qu’il n’en a tout simplement pas dans de telles circonstances. Maudite p’tite vie!