Il y a des jours comme ces deux derniers où je trouve refuge dans la musique. Merci à GarAmud de m’avoir offert une merveilleuse compilation. Désormais, je carbure en écoutant Kamel Messaoudi et Baaziz. Faut faire changement et j’avoue adorer. Merci Le scribe.
Je carbure à la musique car je suis dégoûtée du genre humain, alors au lieu de monter aux barricades, je me ressource autrement.
Ce qui m’amène à la notion de l’étrangeté du sentiment d’appartenance. SuperTimba en a parlé sur son blog en citant le sentiment de lghourba.
J’ai toujours été out, never in. Out, car je ne parlais pas la langue, out car mes ancêtres ne partageaient pas la même croyance cultuelle, out car j’étais différente, out car on me le rappelait, out par mon physique, out par mes convictions, out par mon parcours, out par mes principes, out parce que je prenais le temps de comprendre les autres, out parce que je n’ai jamais cherché le gain, out parce que je donnais et que je n’ai jamais appris à recevoir, out par mes amours, out par mes coups de coeur et de gueule, out parce que je dérangeais, out parce que je semais les graines de la révolte me disait-on, out parce que je rêvais autrement, out parce que je n’avais peur de personne et que j’exigeais que toutes et tous soient traités avec équité, out parce que j’étais occidentalisée même si l’Afrique du Nord se trouve justement à l’ouest, out parce que je ne faisais pas assez zmigria, out parce que je ne faisais pas assez marroukia, out parce que je célèbre le rapprochement des cultures qui ne sont pas si éloignées les unes des autres, out parce que j’aime parler d’amour, out parce que je recherche les terrains d’entente, out pour mon accent 3roubi, out pour mes fréquentations, out pour mon autonomie, out parce que l’on a tout simplement décidé que je ne serai pas in.
Je ne suis in que chez moi, parmi les miens.
Guess what, I don’t want to be in. Je veux rester out pour garder mon autonomie de pensée, je refuse d’être une brebis et encore moins un mouton de Panurge.
Je ne serai jamais in car je refuse de me vendre, de chercher mon intérêt avant celui de la communauté xyz . Déformation éducationnelle je suppose. Donc, je serai out, c’est mon unique résolution pour 2006.
Sur ce, je vous souhaite à chacune et chacun d’entre vous qui prenez une halte sous la tente beaucoup de bonheur en ces périodes de fêtes. Puisse l’année que nous entamerons se faire sous le signe du partage, du respect. Puissiez vous être heureux, en santé et entourés d’amour au milieu des vôtres ou encore de les retrouver ne serait qu’en pensée. Joyeux Hannukah, Bonne année, Sana sa3ida, 3aid moubarak n’abusez pas de boulfaf:-), Asseggwas ameggaz, Xin nian kuai le!
Mwah