Habiter Khmiss Batata, vivre de batata, avoir épousé un spécialiste de ce noble tubercule et ne pas en parler serait être dans les patates.
Plusieurs d’entre vous savent forcément que la pomme de terre est originaire d’Amérique du Sud, du Pérou pour être exacte. D’ailleurs c’est à Lima que se trouve le Centre International de la pomme de terre. Les Incas l’appelaient papa. Vu le climat des Andes, les Péruviens cultivaient ce tubercule faute de pouvoir faire pousser du maïs. Cultivée durant des millénaires, la pomme de terre sera source de nutrition pour les populations. Faciles à entreposer, les tubercules étaient soit broyés, réduits en farine. Batata était, est et sera elle sera source de nutrition pour les populations. 1500, les caravelles espagnoles envahissent l’espace et les conquistadors espagnols introduisent la pomme de terre en Europe (forcément patate, me diront KB ou M.L.) L’Espagne via ses consquistadore cultivera le tubercule en Bolivie pour nourrir les esclaves qui trimaient à la recherche d’or. La culture de Batata est propagée lentement en Europe. Plusieurs verront le tubercule comme impur, ne le mangeront pas. Le roi de Prusse, Fréderick le Grand et le roi d’Allemagne, Guillaume ou William c’est selon, introduiront la pomme de terre dans leurs royaumes respectifs avec des directives quant à sa culture. Nos cousins les Gaulois eux faut bien le dire avaient peur de ce noble tubercule. Revient en France un prisonnier durant quelques années en Allemagne (la Guerre de Sept ans). Pharmacien de son état, ayant survécu grâce à batata dans les geôles allemandes, notre ex prisonnier, Parmentier, se mit en tête de convaincre le roi Louis XVI d’en cultiver. Il en aurait même fait goûter à Benjamin Franklin pour les Français, enfin les riches de l’époque, puissent en manger sans crainte.
Introduite en Irlande, elle deviendra là aussi l’aliment de base des Irlandais. Les paysans irlandais tenaillés par les féodaux anglais trouvèrent dans la culture de la pomme de terre leur salut. Sa culture produisait par hectare bien plus que n’importe quelle autre culture. Si le climat de l’Irlande était propice à la pomme de terre ce fut malheureusement ce même climat qui aida à la propagation du mildiou en 1845, 1846 et 1848. Dépendants entièrement de la pomme de terre, les Irlandais connurent famine sur famine. Un million de personnes moururent de faim, alors qu’un autre million d’irlandais quittèrent leurs terres pour l’Amérique du Nord.
Les colons commencent la culture en Amérique du Nord. D’abord en Acadie (Nouvelle Ecosse, aujourd’hui). Aujourd’hui, la province canadienne qui produit le plus de pomme de terre est l’Ile du Prince Edward, c’est aussi la plus petite province.
Quant à Khmiss Batata, c’est une autre histoire. Khmiss Batata, petit village coincé dans une vallée s’est démarqué durant la guerre des Boers. Il est aussi à rappeler que la pomme de terre a nourri bien des soldats (Prusse contre Autriche, la Guerre de Sept Ans, Les guerres conduites par Napoléon, la Première et la Deuxième Guerres Mondiales). Revenons à Khmiss Batata, Un fermier entrepreneur vendait du foin pour l’armé canadienne. Puis les machines remplacèrent les chevaux et notre entrepreneur devient distributeur de pomme de terre. La terre, ici, est une terre de Cain. A chaque printemps avant de semer, les producteurs doivent enlever la roche. 1957, les fils de cet entrepreneur décidèrent de conquérir le monde du surgelé. Presque cinquante plus tard, la compagnie emploie plus de 20 000 employés et ce sur les cinq continents. Ses produits sont vendus dans 110 pays. A elle seule, la compagnie produit le tiers de la consommation mondiale en frite surgelée.
Bref, tout ceci pour vous dire que frite, bouillie, en tagine; en hachis; à la dauphinoise; en purée, déshydratée ou en croustille batata reste l’aliment de base le plus consommé à travers le monde.

La prochaine fois que vous mangerez batata, pensez au labeur des producteurs, mais pensez aussi à ce que les Amériques ont offert au reste du monde: la pomme de terre, la pomme de terre douce, la tomate, la courge, le poivron, le piment fort, le maïs, le riz sauvage, le dindon (oui celui de la farce, je te vois venir KB), le caoutchou (bois qui pleure), le chocolat, le tabac (bon d’accord c’est pas bon pour la santé), l’arachide, l’avocat, les noix de pacane, la vanille, le cassave et son dérivé le tapioca. Bref, j’ai la mémoire qui flanche.Posted by Picasa