Vendredi, les vacances! Ils ont déjà hâte. Finis les réveils de bonne heure. Finis les devoirs. Finies les boîtes à lunch. Bref, finie la routine! Vive les vacances! Destination Montréal et pendant qu’ils iront faire du sport, rencontrer de nouveaux amis, revoir la qbila eh bien moi je vais faire du balconville! C’est une expression très montréalaise pour dire que durant les vacances on s’étale sur le balcon et on laisse le bon temps rouler. En fait, depuis que j’habite Khmiss Batata, je ne fais plus de balconville sauf de temps en temps. Deux semaines, je vais trouver le temps long. Deux semaines à faire le taxi, deux semaines à pester contre les autoroutes engorgées. Deux semaines à vivre sous la chaleur et les alertes de smog. J’ai jamais rien compris à ceux et celles qui habitent le centre-ville de Montréal. Il n’y a pas de soleil, les arbres sont rares, les rues sont bruyantes. Rien compris à ceux et celles qui veulent absolument vivre devant une bouche de métro. J’ai adoré vivre à Montréal. J’aimais les soirs d’été prendre de longues marches. Puis, la vie a fait que je m’installe à Sainte-Anne de Bellevue. J’y ai passé les plus belles années de ma jeunesse. Sainte-Anne a la particularité d’être au bord de l’eau, d’abriter les facultés d’agronomie, sciences alimentaires et pathologie de l’Université McGill en plus du CEGEP anglophone John Abbott. Donc, dans ce panorama dont auraient raffolé Renoir et Monet y régnait une diversité absolument hors du commun. J’y ai rencontré des amis de partout à travers le monde. Qayoum mon petit frère originaire de l’Inde, Kulé et Helen du Zimbabwe, Fernando du Mexique, Eliane du Rwanda, Nicola d’Italie, Micheline du Liban. Certains vivent au Canada, d’autres ont décidé de retourner dans leurs pays d’origine. Sainte-Anne de Bellevue, c’était parfois l’enfer surtout les fins de semaines quand tous les jeunes des municipalités environnantes venaient fêter dans les brasseries qui avaient pignon sur rue. Mais c’était aussi la gentillesse des locaux. Les rues bordées de fleurs, les jardins anglais, les écluses, les longues marches, les veillées mémorables avec les voisins. Donc, d’accord pour balconville en attendant le mois d’août et les vraies vacances avec chaise longue, les pieds dans l’eau; les aigles pêcheurs; les renards roux; les champs de céréales qui dansent sous l’effet de la brise; les fleurs des plants de batata; les dunes; le plateau d’huitres, du bon homard, des pétoncles, des moules de l’Ile du Prince Edward. Pas ma faute à moi si les sardines du Maroc n’aiment pas les eaux froides du Golfe.

Posted by Hello